L’aporie de Diodore Cronos et les paradoxes de la temporalité. Jean-Pierre Dupuy et la philosophie

Por • 26 abr, 2018 • Sección: Crítica

Lucien Scubla

Il faut philosopher en connaissance de cause et à cause de certaines connaissances Georges Canguilhem

Les lignes qui suivent ne prétendent pas à l’originalité. Leur objectif est purement pédagogique. Elles visent avant tout à expliciter quelques notions de logique modale, jouant un rôle crucial dans les travaux récents de JeanPierre Dupuy, mais n’étant probablement pas familières à tous ses lecteurs. Par la même occasion, elles voudraient aussi montrer en quel sens ces travaux relèvent de la philosophie, en prenant celle-ci dans une acception rigoureuse, que nous croyons désormais bien établie, mais qui n’est pas non plus de notoriété publique. Comme ce second point est un peu plus délicat, nous l’aborderons en deux temps. Nous partirons d’un survol rapide de l’histoire de la pensée, pour en tirer une définition plausible de la philosophie. Puis, après avoir présenté quelques éléments de logique modale, nous préciserons cette définition à l’aide de l’aporie de Diodore Cronos et du défi qu’elle lance à toute pensée rationnelle.

http://www.carnetsnord.fr/colloques/cerisy-2007/pdf/cerisy2007_4_scubla2.pdf

Post to Twitter

Escribe un comentario